Votre guide pour perdre du poids rapidement

70/30 : la règle d’or du régime acido-basique

Ce n’est plus une lubie de stars made in USA, mais une réelle hygiène de vie qui s’est imposée, pour retrouver un bon fonctionnement digestif et se délester de quelques kilos superflus !
Au vu des dépenses faites dans l’hexagone pour les médicaments anti acides et qui se sont multipliées par 4 en 30 ans ! de nombreux nutritionnistes vous invitent aujourd’hui à tester votre taux d’acidité dans le sang, et proposent une armada d’analyses censées détectées le niveau de pH de votre corps, et promettent un rééquilibrage complet acido-basique, pour non seulement retrouver la ligne, mais aussi dire adieu à jamais à vos ballonnements en fin de repas ou vos douleurs de dos chroniques.

Régime acido-basique, les bonnes raisons de s'y mettre et les aliments à privilégier pour retrouver son équilibre !

Qu’est-ce que l’équilibre acido-basique ?

Pour assurer, l’organisme a besoin d’acides (acides aminés pour synthétiser les protéines, acides gras pour fabriquer les lipides…). Pour se stabiliser dans le sang, le pH doit varier entre 7 et 7,5. Le pH étant la mesure de l’acidité.
Si votre organisme produit naturellement des acides lors de la digestion ou lorsqu’il fournit un effort physique par exemple, il sait parfaitement les éliminer. Mais quand il emmagasine un taux anormalement élevé d’acidité via une nourriture chimique, transformée et pauvre en vitamines et oligo-éléments, avec une couche de stress en supplément, (source d’acidité) il sature !

Trop acide et alors ?

L’excès d’acide contribue à installer une inflammation générale de l’organisme et perturbe le système digestif. Pourquoi ? Parce que le corps a pour mission d’alcaliniser pour garder un équilibre constant. S’il y a trop d’acide, il va puiser partout des substances alcalinisantes, qu’il trouvera dans le sang, la peau, les muqueuses, en les dévalisant de tous leurs nutriments.
Conclusion, tout le système est déstabilisé, on est anormalement épuisé, empâté, perturbé la nuit, nerveux, stressé… Impactant directement la vitalité, notre taux de graisse et notre poids.

Où en est mon pH ?

Pour le savoir, plusieurs solutions : testez vous-même votre pH urinaire avec des papiers indicateurs vendus en pharmacie ou magasin bio, en rouleau ou bandelettes et dont le prix n’excède pas 10. Si le pH varie de 0 à 7, vous êtes acide ; si le pH est de 7 à 14, on dira que vous êtes basique ou alcalin.
Vous pouvez également passer par le cabinet de votre médecin qui vous prescrira une prise de sang avec des analyses plus complètes.

Comment s’alcaliniser ?

Partant du principe que le corps contient trop d’acidité, on rééquilibre l’organisme en consommant 70 % d’aliments alcalinisants et 30 % d’aliments acidifiants.

Attention à ne pas confondre avec des aliments au goût acide : un aliment acidifiant fait augmenter l’acidité dans le sang lors de sa digestion !

Dans les grandes lignes, on diminue toutes les protéines d’origine animale comme la viande, les œufs, les produits laitiers. Inversement, on consommera beaucoup plus de légumes ainsi que de fruits. La seule chose que l’on doit éliminer totalement, ce sont les produits industriels, les sodas, les desserts, les confiseries, les biscuits, les apéritifs…

Qu’est ce que je mets dans mon assiette ?

Il existe de nombreuses listes classant les aliments selon leur caractéristique acidifiante ou alcalinisante. Seul bémol, tout le monde n’est pas tout à fait d’accord sur le sujet et c’est un peu la pagaille.
Ce qui est sûr c’est que l’on vise les produits non transformés, frais ou congelés, naturels ou bio, complets ou semi-complets. Tous les fruits et légumes ont le feu vert (ou presque). On ajoute des algues, très alcalinisantes et très riches en nutriments et on investit dans un extracteur de jus et un blender pour remplacer les boissons sucrées par des smoothies fait maison.
Au lieu d’utiliser des huiles transformées, on prend de l’huile d’olive première pression à froid, mais aussi de l’avocat ou des amandes. Aromates et condiments naturels, bons pour la santé comme le tamari, le gomasio, le curcuma, l’oignon, l’ail ou le jus de citron, viendront prendre la place des exhausteurs de goûts, des additifs et du sel contenus dans les aliments transformés. Les produits laitiers étant acidifiants, on les remplace par des laits végétaux comme le lait de soja, d’amande ou d’avoine. Côté céréales, on oublie toutes les formes de blé et on pioche du côté de l’orge, du quinoa ou du sarrasin.

Quels sont les avantages pour la ligne ?

Au démarrage, ça ressemble plus à une détox qu’à un réel régime alimentaire. Très vite, on ressent le corps dégonfler. Selon le type d’embonpoint, on va perdre quelques kilos dès le début puis se stabiliser naturellement.
À l’inverse d’un régime traditionnel, il n’y a pas de palier, ni d’aliments à réintroduire au fur et à mesure. Mais plutôt un équilibre 70 / 30 à maintenir au quotidien, et pour le reste de l’année. L’équilibre du pH permet au corps de fonctionner normalement. Non seulement, la digestion va rapidement reprendre ses réelles fonctions, mais l’organisme sera à même de déstocker normalement les graisses pour produire de l’énergie. En rééquilibrant son alimentation en acide, on mange moins, ce qui fait moins de calories à éliminer.

Mes aliments acido-basiques

Aliments dits « acidifiants » : 30 % dans l’assiette !

  • Les poissons : filet de cabillaud, hareng fumé, morue, truite.
  • Les viandes : bœuf, poulet rôti avec peau, saucisse de Francfort, dinde rôtie avec sa peau, veau en escalope, les œufs, ainsi que l’ensemble de la charcuterie.
  • Les céréales : pain blanc et complet corn flakes, pâtes aux œufs, flocons d’avoine, riz blanc et complet, farine blanche et complète.
  • Les fromages : le camembert, le cheddar, le gouda et le parmesan.
  • Les oléagineux : les noix, noisettes et cacahuètes.
  • Les matières grasses ; les huiles raffinées.
  • Le sucre, le chocolat, le café, le vin, tous les alcools, le thé noir, les sodas, le sel.

Les « alcalinisants » : 70 % dans l’assiette !

  • Tous les légumes.
  • Tous les fruits.
  • Les oléagineux : les amandes, châtaignes, graines de citrouille, graines de courge, graines de lin, graines de tournesol.
  • Les féculents : les pommes de terre, le maïs.
  • Les laitages végétaux : le lait et les yaourts soja.
  • Les herbes aromatiques vertes.
  • Les huiles première pression à froid.
  • Les épices, le soja, le vinaigre, les jus de fruits frais, le thé vert, l’avocat, le citron pressé, l’eau gazeuse.

Les neutres

  • Les céréales complètes, le beurre frais, le sucre intégral type rapadura, l’huile d’olive.

Il n’y a pas que l’alimentation qui est source d’acidité !

Attention au stress et à la sédentarité : le manque d’oxygénation limite l’efficacité des reins à éliminer les déchets. Le stress est acidifiant à cause des troubles d’assimilation, de circulation et de la mauvaise oxygénation des tissus qu’il altère. On en vient donc à plus de respiration ventrale, à pratiquer tous les jours, à tout moment. On se discipline avec des cours relaxant de Pilate ou de yoga. On ajoute deux heures par semaine d’activité plus ou moins intense. Enfin, on pratique le hammam pour délester la peau de toutes ses toxines.

Laisser un commentaire

Avertissement

Seul un docteur en médecine a le droit d’établir un diagnostic et de prescrire des médicaments. Les conseils pour perdre du poids contenus dans ce site ne peuvent en aucun cas de substituer à la prescription d’un professionnel de santé.