Votre guide pour perdre du poids rapidement

Objectif Taille 38 ! Que manger pour maigrir ?

La solution pour perdre une ou deux tailles et fermer (enfin) son jean en 38 ? Il suffit de bien manger. Mais quoi ? Suivez nos conseils pour allier plaisir et minceur. C’est ici…

Perdez 2 tailles et portez enfin vos jeans !

20 super-conseils pour maigrir en mangeant

Du choix des aliments aux portions dans son assiette, l’alimentation joue un rôle primordial dans la perte de poids. Pour rester svelte, il vous faut adopter « la meilleure façon de manger ». Voici les infos-clés pour perdre du poids sans avoir faim.

  • Oubliez les plats tout prêts
    Pour maigrir ou rester mince, il faut limiter les aliments déjà préparés. Ils regorgent le plus souvent d’additifs en tous genres, d’arômes pas forcément naturels, de sucres (sous toutes ses formes : sirop de glucose, sirop de sucre inverti…) et de graisses parfois mauvaises pour l’organisme quand elles sont apportées en excès (crème fraîche, huile de tournesol…).
  • Privilégiez les aliments bruts
    Vous l’aurez compris : rien de tel que de préparer soi-même ses plats, avec des aliments non transformés. Au moins, vous savez ce que vous mangez ! Optez pour des aliments bruts et frais. Choisissez-les locaux et de saison (vous verrez, cela facilite le choix au moment des courses !).
  • Évitez les aliments sucrés
    Compotes sucrées, jus de fruits, sodas, barres chocolatées, chocolat au lait, sirops… évitez ces produits le plus souvent possible pour perdre une taille ou deux. Ils contiennent du sucre en excès qui attise l’appétit et pousse à en consommer toujours plus, ce qui n’est pas compatible avec une perte de poids. Si vous avez une envie de sucré, rien de mieux qu’un bon fruit frais.
  • Mangez toujours plus de végétaux
    Le fameux slogan des « 5 fruits et légumes par jour » n’est pas un mythe : Il faut consommer plus de la moitié de sa nourriture sous forme de végétaux, donc privilégier les légumes et fruits bio de saison. Les végétaux sont alcalinisants, ils protègent l’organisme contre l’acidose chronique qui déminéralise sur le long terme. Ils ont une faible valeur calorique, ce qui fait d’eux des atouts de choix lorsque l’on souhaite perdre du poids. De plus, ils regorgent d’antioxydants, des substances anti-âges protectrices.
  • Buvez suffisamment
    Beaucoup d’eau, évidemment (environ 1,5 litre par jour, avec éventuellement un peu de citron pressé pour donner du goût), mais aussi du thé et des infusions. Nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme, une bonne hydratation permet l’élimination des toxines, l’amélioration des capacités mentales, notamment la mémoire, et aiderait même à perdre du poids (en agissant en tant que coupe-faim). Alors on s’y met !. ( cf. Quelle equ boire pour maigrir ?)
  • Respectez les portions
    Quelle portion de viande pour quelle portion de légumes ou de féculents ? Voilà une question à se poser au moment de préparer les repas. Bien souvent, on ne se représente pas exactement ce qu’est une portion et on finit par avaler plus de viande, de fromage ou de gourmandises à haute densité calorique qu’il ne faut. À l’inverse, on estime parfois que 2 ou 3 radis comptent pour une portion. Et on mange moins de bons aliments qui permettent de préserver un poids de forme ou de mincir. (
  • Choisissez le bon goûter
    Un goûter, oui, mais pas n’importe lequel ! Si besoin, il faut miser sur un fruit frais ou des fruits secs (2 à 3 abricots secs, par exemple) avec toujours un peu d’oléagineux (amandes, noix, noisettes…).
    On tient à rappeler que la pause de 16 heures n’est pas une obligation : Dans une optique de perte de poids, à 16 heures, il faut avoir réellement faim pour justifier un goûter. Si on a pris un bon petit-déjeuner le matin, si on a mangé des légumes, une portion de protéines (animales ou végétales) et des céréales à index glycémique bas et un fruit à midi, inutile de prendre un goûter.
  • N’arrêtez pas les graisses
    Du moins, pas toutes ! Elles sont indispensables à la santé et à la perte de poids. Il faut seulement bien les choisir : huile d’olive, de colza, de coco, oléagineux non salés, avocat… Si on enlève toutes les graisses, on prend le risque de les remplacer par des aliments glucidiques qui, en excès, se stockent ! Ce n’est donc pas une bonne idée.
    Au contraire, il est prouvé qu’en consommer un peu à chaque repas favorise un sentiment de satiété durable.
  • Apprenez à décrypter les étiquettes
    Il faut prendre l’habitude de regarder systématiquement la liste des ingrédients des aliments industriels. Et pour cause ! Elles vous révéleront quels éventuels sucres et graisses ils contiennent.
    Privilégiez les aliments « naturels » : huile d’olive plutôt que de palme, lait plutôt que lait en poudre, sucre de canne ou miel plutôt qu’aspartame… Et lorsque l’un des composants possède un nom saugrenu, le mieux c’est de ne pas acheter le produit !
    Dernière chose : plus la liste est courte, mieux c’est !
  • Planifiez vos repas
    Apprenez à planifier vos repas sur 3 ou 4 jours.
    Ainsi vous définirez à l’avance des repas équilibrés et vous y tiendrez. Notez-les et conservez cette liste,
    vous vous en resservirez une autre semaine.
  • Organisez vos courses
    Faites une liste pour ne pas vous éparpiller, gagner du temps et vous en tenir à ce que vous avez prévu (des repas équilibrés !). Enfin, évitez de faire les courses en ayant faim, « sinon vous serez tentée !
  • Optez pour les cuissons douces
    Pour préserver la qualité de vos aliments et en garder tous les bienfaits, privilégiez les cuissons à la vapeur et à l’étouffée.
  • Déshabituez-vous du goût sucré
    Vous pensez qu’il vous est impossible de réduire la quantité de sucre de votre yaourt ou de votre café ? Détrompez-vous ! Si les premières semaines sont difficiles, l’idée de sucrer vos aliments ne vous viendra bientôt plus à l’esprit. Commencez par réduire progressivement les quantités jusqu’à arrêter définitivement. Aucun sucre n’est indispensable à la vie. Seul le glucose l’est, et il est déjà présent de façon abondante dans l’alimentation.
    L’objectif consiste à se déshabituer du goût sucré. Donc pas de remplacement du sucre blanc par du sirop d’agave, stévia ou autres édulcorants synthétiques. Ils ne font qu’entretenir le goût pour les aliments sucrés.(cf. Régime Fodmap)
  • Mangez de « vrais » yaourts
    Les produits light ne sont bien souvent que des leurres. Ils sont parfois dépourvus de graisses, mais bourrés d’édulcorants synthétiques qui n’ont jamais fait leurs preuves dans les régimes amincissants. Mieux vaut manger un vrai produit laitier basique, comme un yaourt de brebis ou de vache, sans sucre ajouté ni autre additif.
  • Remplacez le « blanc » par le « complet »
    Débarrassés de leurs fibres, de leurs minéraux et de leurs vitamines, les aliments raffinés (blancs) sont les ennemis de votre balance ! Les aliments raffinés (pain blanc, céréales du petit-déjeuner soufflées ou extrudées), le riz cuisson rapide, tout comme les pommes de terre, ont un indice glycémique élevé. Non seulement ils ne fournissent pas ou très peu de fibres, vitamines B et minéraux, mais ils font fluctuer la glycémie, donc engendrent des sécrétions d’insuline, l’hormone de stockage au niveau abdominal ! En plus, ces aliments attisent la faim et poussent à manger dans les heures qui suivent le repas.
    Troquez votre blanche baguette pour un bon pain complet aux céréales (seigle, avoine, blé, orge), encore meilleur avec du levain et des graines entières !
  • Mâchez bien vos aliments
    Bien mastiquer vos aliments active plus rapidement la satiété : 15 à 20 minutes après le début de la mastication, un neurotransmetteur, l’histamine, est libéré par le cerveau, indiquant au corps qu’il n’a plus faim. Plus vous mâchez bien et longtemps, moins vous aurez faim. La digestion sera aussi facilitée.
  • Choisissez les bons féculents
    Il faut impérativement qu’ils soient à indice glycémique bas. Privilégiez, par exemple, les pâtes complètes ou semi-complètes, que vous cuirez al dente. Pourquoi ? L’amidon, à la cuisson, se gélatinise et plus il se gélatinise, plus son indice glycémique est élevé. Par ailleurs, il n’est pas gênant d’en consommer le soir. C’est, surtout, une question de quantité et on évite, bien sûr, la pleine assiette de pâtes. Dans tous les cas, ils sont à consommer en fonction de l’activité physique et professionnelle, et du gabarit.
  • Ne vous forcez pas le soir
    Le soir, il faut s’écouter. Si l’on n’a pas très faim, il faut faire un petit repas. Il faut miser sur les végétaux qui, comme pour le repas de midi, doivent représenter les trois quarts de l’assiette. Le quart restant peut comporter des féculents à indice glycémique bas (légumineuses, céréales complètes), mais ce n’est pas une obligation.
  • Sachez équilibrer votre assiette
    La viande doit passer au second plan. Il faut organiser ses assiettes à partir des végétaux : légumes, fruits frais et secs, légumineuses, oléagineux non salés avec de bonnes huiles végétales (huile d’olive et de colza). (cf. Les bases d’une alimentation saine et légère)
  • Consommez des aliments à densité nutritionnelle élevée
    C’est le cas d’un grand nombre de végétaux : Ils ont généralement une forte densité nutritionnelle, c’est-à-dire qu’ils apportent beaucoup de nutriments sans calories supplémentaires. Le cresson, les épinards, le persil, le poivron jaune ou la laitue figurent en tête de liste. Côté viande, c’est le foie (veau, porc, agneau) et côté fruits de mer, la palourde, l’huître et le poulpe.
    À l’inverse, modérez votre consommation d’aliments à densité nutritionnelle basse et à forte densité calorique, comme les viennoiseries ou le beurre.

Laisser un commentaire

Avertissement

Seul un docteur en médecine a le droit d’établir un diagnostic et de prescrire des médicaments. Les conseils pour perdre du poids contenus dans ce site ne peuvent en aucun cas de substituer à la prescription d’un professionnel de santé.