Votre guide pour perdre du poids rapidement

Les compléments alimentaires pour réussir son régime

Il existe deux raisons justifiant l’utilisation des compléments alimentaires, pendant et après le régime :

  • Faciliter le régime
    Un régime n’est pas simple à suivre dans le temps. Le corps se rebelle et cherche à nous faire abandonner cette famine volontaire. Nous avons recensé six obstacles qu’il faudra surmonter afin d’être capable de poursuivre un régime et d’en tirer le maximum de bénéfices
  • Réduire les risques pour la santé
    Il y a un second aspect du régime qu’on a trop tendance à négliger : si le corps lutte si puissamment contre la restriction calorique, c’est que celle-ci constitue un risque pour la santé. Nous avons recensé les dix principaux risques sanitaires que génère le régime. Sans éliminer totalement ces problèmes, le bon usage de compléments alimentaires peut réduire leur incidence. ( Pour plus d’informations concernant les compléments alimentaires rendez-vous sur : leboncomplement.com )
Compléments alimentaires, utiles pour maigrir ?

Les 6 obstacles à la perte de graisse

Plus on a accumulé de graisse, plus le déficit énergétique qu’il faudra créer pour en perdre sera important. Donc plus on a de la graisse, plus on va avoir de mal à maigrir. Il ne faut donc pas attendre d’avoir accumulé trop de bourrelets avant de s’en inquiéter.
Sur le long terme, seuls 10 % des individus en surpoids parviendront à perdre des kilos sans les reprendre après. Si les régimes réussissent aussi peu, c’est que nous nous retrouvons confrontés à des obstacles importants. Les suppléments vont être utiles pour surmonter ces problèmes.

  1. Augmentation de l’appétit
    Il suffit de s’interdire certains aliments pour que, par réaction, on ait une envie subite d’en consommer. Au-delà de cet aspect psychologique de l’interdit, le cerveau répond au phénomène de famine en augmentant notre envie de manger.
    Nous nous trouvons alors dans une situation impossible à gérer, qui explique en grande partie l’échec des régimes. Il s’ensuit souvent une reprise de poids importante, ainsi qu’une culpabilisation. Alors qu’en fait, on en a trop demandé à son corps. Certains compléments alimentaires peuvent diminuer cette sensation de faim.
  2. Ralentissement du métabolisme
    Lorsque les graisses corporelles remplacent les sucres en tant que carburant, ce changement est perçu comme une menace, puisqu’il témoigne d’une carence énergétique. Face à ce danger, le cerveau va économiser l’énergie du mieux qu’il pourra.
    La pénurie énergétique provoquée par le régime se traduit rapidement par une réduction de nos dépenses caloriques. La moitié de cette baisse s’explique par l’allégement du corps : moins on est lourd, moins on a besoin d’énergie pour vivre. Mais un quart de la chute des dépenses est de l’économie pure : le corps ajuste ses dépenses par rapport au taux des calories qu’on lui apporte quotidiennement.
    Le moyen pour le corps de réduire les dépenses énergétiques est de restreindre l’activité thyroïdienne. Il en résulte une diminution de la température corporelle, un peu comme si l’on abaissait le thermostat du chauffage afin de réduire sa facture énergétique. Concrètement, on ressent une plus grande sensibilité au froid et une plus grande difficulté de réchauffement.
    Les études montrent que l’activité thyroïdienne des Français n’est déjà pas très vigoureuse, même sans régime. Une baisse supplémentaire de l’activité thyroïdienne s’avère très contre-productive pendant le régime. Certains suppléments sont capables d’activer la thyroïde, et donc la perte de poids.
  3. Mauvaise utilisation des graisses
    Plus le régime dure, moins la sécrétion des hormones mobilisatrices des graisses est importante. En seulement quatre semaines de régime, des baisses substantielles d’adrénaline, et surtout de noradrénaline, sont observées, et cette détérioration se traduit par de la fatigue.
    La pratique d’une activité physique en plus du régime est un moyen de relancer la sécrétion de ces hormones. La prise de plantes thermogéniques a aussi pour objectif d’augmenter leur sécrétion.
  4. Bouleversement hormonal
    Avec la diminution de la sécrétion thyroïdienne et des hormones qui mobilisent les graisses, le taux d’hormones qui protègent la masse maigre se réduit aussi. Cet environnement hormonal bouleversé a des conséquences néfastes sur la santé.
  5. Perte de masse maigre
    Si l’on se met au régime, ce n’est pas simplement pour perdre du poids, c’est essentiellement pour améliorer sa silhouette. Une belle silhouette passe non seulement par l’élimination des graisses, mais aussi par le maintien d’une tonicité musculaire. Malheureusement, la perte de poids s’accompagne souvent d’une fonte musculaire et osseuse.
    Une étude montre par exemple que 21 jours d’un régime ayant diminué l’apport calorique de 40 % provoquent une perte de poids de quatre kilos, constituée pour moitié de muscle et de masse osseuse. Les pertes de masse maigre sont en général plus importantes chez les femmes que chez les hommes.
  6. Fatigue et irritabilité
    La pénurie calorique provoque une fatigue, une irritation et des coups de barre. Ces troubles témoignent du fait que le corps a le plus grand mal à puiser ses propres réserves énergétiques, ayant trop l’habitude d’être abondamment abreuvé de calories alimentaires. Le manque de nourriture rend aussi le sommeil plus difficile à trouver.

Le second rôle des compléments alimentaires durant un régime, en plus de le faciliter, est de maintenir le corps en bonne forme.

Les 10 risques du régime pour la santé

Le surpoids et l’obésité entraînent de nombreux problèmes sanitaires. La perte de poids réduit ces problèmes et allonge l’espérance de vie, mais ceci ne veut toutefois pas dire que le processus de perte de poids lui-même n’est pas un facteur de risque pour la santé. Au contraire, plus le régime est strict, plus il risque d’induire, lui aussi, des problèmes que, sans les éliminer totalement, les compléments alimentaires atténuent leur incidence.

  1. Déséquilibres nutritionnels
    Les analyses alimentaires effectuées sur les Français montrent qu’une part importante de la population ne reçoit pas les quantités suffisantes de vitamines, de minéraux et d’acides gras essentiels. Ces nutriments sont pourtant indispensables à notre bonne santé.
    Si en mangeant à sa faim, on ne reçoit déjà pas tous les nutriments essentiels, les choses ne s’améliorent pas pendant le régime. Ceci pour trois raisons :

    • Moins nos mangeons, moins les chances de recevoir ces nutriments sont grandes.
    • Le régime accroît nos besoins en nutriments.
    • L’assimilation de certains nutriments se réduit pendant le régime.
  2. Déséquilibre de l’environnement acido-basique
    Lorsqu’on restreint son apport en énergie, le sang s’acidifie. Cette surcharge en acide a des conséquences, non seulement sur la santé, mais aussi sur la réussite du régime. Il va absolument falloir contrecarrer cette acidification. (Cf. notre article Le régime acido-basique, le secret de ma vitalité)
  3. Problèmes rénaux
    Les premiers organes à pâtir d’un excès d’acide dans le sang sont les reins. En effet, ils ont pour tâche de débarrasser le corps de cet acide, mais plus il en a, plus ils perdent en efficacité. Cette surabondance d’acide explique pourquoi les risques de calculs rénaux augmentent pendant le régime.
  4. Fonte de masse maigre
    Toute la perte de poids ne s’explique pas par une fonte de la graisse : la fonte musculaire est une conséquence difficilement évitable pendant un régime. Gardez à l’esprit que votre cœur est un muscle ! La fonte osseuse aussi est un effet secondaire du régime. Un trop plein d’acide réduit la capacité des reins à retenir le calcium. Les pertes urinaires de minéraux grimpent en flèche. Afin de les compenser, la première réaction du corps est d’aller puiser dans ses réserves naturelles de minéraux : les os, lesquels vont déminéraliser et donc se fragiliser. Les femmes sont particulièrement sujettes à ses problèmes.
  5. Troubles cardio-vasculaires
    Le surpoids est associé à une augmentation des risques cardio-vasculaires. Un régime basses calories devrait remédier à ce problème. Paradoxalement, ce n’est pas toujours le cas. Si, sur le long terme, la perte de graisse est une bonne chose, les moyens utilisés pour y arriver ne sont toutefois pas sans danger pour le cœur.
    Comme nous venons de le voir, nos muscles s’atrophient pendant un régime. Or, le muscle le plus important, c’est le cœur. Des régimes extrêmes ont tellement réduit la taille du cœur qu’ils ont entraîné la mort des individus qui les suivaient. Sans en arriver là, il n’est jamais bon d’induire des restrictions énergétiques telles que le corps doive puiser des protéines dans le muscle cardiaque. Une perte excessive en cuivre, en potassium et en magnésium va également entraîner des troubles du rythme cardiaque. Le régime risque aussi d’élever les concentrations plasmatiques d’homocystéine (acide aminé facteur de risque d’accidents cardio-vasculaires). La simple prise de trois vitamines (acide folique, vitamine B12 et vitamine B6) durant le régime permet d’éviter cette hausse.
  6. Déshydratation et déséquilibre en électrolytes
    Pendant le régime, le corps perd des sels et de l’eau. Ces éléments quittent le corps de manière assez anarchique, risquant d’induire des déséquilibres en électrolytes. Si la perte d’eau est satisfaisante, car elle permet l’élimination rapide des kilos, une déshydratation trop importante pose des problèmes (fatigue musculaire, cérébrale et cardiaque…).
    Par ailleurs, la bonne marche cellulaire se trouve sous le contrôle de l’équilibre sodium / potassium. En bouleversant cet équilibre, la viabilité de nos cellules est remise en cause, ce qui peut entraîner un mauvais fonctionnement cardiaque.
  7. Troubles hépatiques
    La restriction calorique entraîne la mobilisation des graisses du tissu adipeux. Chez certains individus, une inflammation hépatique peut résulter d’une arrivée trop massive d’acides gras.
    La masse du foie se réduit aussi pendant un régime, ce qui est une bonne chose si cette diminution s’explique par l’élimination du gras qui l’encombrait. Cependant les changements de la morphologie hépatique pendant le régime sont assez mal connus.
    Le régime conduit également le foie à abaisser sa production d’hormones protectrices de la masse maigre.
  8. Problèmes digestifs
    La restriction calorique, surtout si elle réduit l’apport en fibres, peut entraîner des troubles digestifs (diarrhées ou constipation). L’équilibre de la flore intestinale est alors remis en cause.
  9. Réduction des défenses immunitaires
    Le risque d’infection augmente durant un régime. Le corps, et en particulier le système immunitaire, est affaibli par la pénurie énergétique. La perte accélérée de glutamine et autres micronutriments indispensables en est l’une des causes. La diminution de la température corporelle induite par la réduction du métabolisme ouvre la porte à toutes sortes d’infections, tels des rhumes, la grippe, etc.
  10. Augmentation de la consommation de tabac
    De nombreux fumeurs tentent de réduire leur appétit, et donc leur poids, en augmentant leur consommation de tabac. Les études montrent que ce serait le cas chez 45 % des fumeuses. Les adolescents qui essayent de contrôler leur poids ont deux fois plus de chances de fumer que ceux qui n’ont pas de problème pondéral. Cette tendance se retrouve davantage chez les filles que chez les garçons. La restriction calorique induit un manque qui pousse les fumeurs à fumer davantage.
    Les fumeurs ont l’alimentation la moins équilibrée. Ils mangent plus et plus gras que les non-fumeurs, tout en consommant moins de fibres, de fruits et de légumes. Ces mauvaises habitudes alimentaires annulent les « bénéfices » minceur du tabac. Ce sont ces mauvaises habitudes qui expliquent aussi pourquoi les fumeurs ne réussissent pas à perdre plus de poids que les autres lors d’un régime, alors que la nicotine est une drogue qui facilite la perte de graisse !

Conclusion

Un régime n’est jamais bénin. N’oubliez pas de consultez votre médecin avant d’entreprendre quoi que ce soit, surtout si vous avez de nombreux kilos à perdre. Tous ces risques augmentent bien évidemment avec l’âge. Une maladie, surtout d’ordre cardio-vasculaire, doit inciter à la prudence. Prudence aussi chez les femmes enceintes.
Avoir un poids normal au lieu d’être en surpoids est une bonne chose pour la santé. Par exemple, les risques de diabète et d’hypertension se réduisent, le taux de cholestérol et les problèmes respiratoires et articulaires diminuent. C’est la transition d’un état de surpoids à un état de poids idéal qui est un moment difficile à gérer sur le plan de la santé. Les compléments alimentaires peuvent vous soutenir dans cette phase de vulnérabilité.

Laisser un commentaire

Avertissement

Seul un docteur en médecine a le droit d’établir un diagnostic et de prescrire des médicaments. Les conseils pour perdre du poids contenus dans ce site ne peuvent en aucun cas de substituer à la prescription d’un professionnel de santé.