Votre guide pour perdre du poids rapidement

Comprendre et calculer son IMC

L’IMC acronyme de l’Indice de Masse Corporelle est né en 1832. C’est Adolphe Quetelet (1796 – 1874) qui fut le premier à construire la formule de cet indice, qui était alors dénommé “Indice de Quetelet” et non pas IMC. Ce n’est qu’un siècle après la mort d’Adoplhe Quetelet que l’indice s’est vu attribuer le nom d’IMC (Indice de Masse Corporelle). Cette dénomination a été donné en 1972 par Ancel Keys (1904–2004) (voir source).

Comment calculer son IMC ?

Calculer son Indice de Masse Corporelle est assez simple. Il suffit de prendre son poids (en kilogrammes) et de le diviser par sa taille (en centimètres) au carré.

IMC=Poids(kg)/Taille2(cm)

Pas de panique ! Il est aussi possible de faire appel à une multitude de sites qui vous aideront dans ce calcul sans que vous n’ayez à sortir votre calculatrice ! (cliquez-ici pour effectuer le calcul).

Interprétation des résultats

Calculer son IMC c’est bien, mais encore faut-il savoir l’interpréter correctement. Pour cela c’est l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) qui s’occupe de fournir une classification.
Une corpulence normale s’échelonne entre 18.5 à 25. En conséquence, Logiquement on en déduit que les chiffres se trouvant en-dessous de cet intervalle indiquent un amaigrissement et ceux se situant au-dessus indiquent un surpoids. Pour l’OMS à partir de 30 (inclus), la personne est considérée comme obèse.

Votre IMCInterprétation
Inférieur à 16Anorexie ou dénutrition
Entre 16.5 et 18.5Maigreur
Entre 18.5 et 25Corpulence normale
Entre 25 et 30Surpoids
Entre 30 et 35Obésité modérée
Entre 35 et 40Obésité élevé
Supérieur à 40Obésité morbide

Ce tableau a été établi par l’OMS en partant d’un constat simple : plus l’IMC est élevé, et plus le risque de contracter une maladie chronique est important. Il peut s’agir en particulier, et sans que cette liste soit exhaustive :

  • De maladies cardiovasculaires (y compris les AVC)
  • De diabète
  • De troubles musculo-squelettiques (à l’image de l’arthrose)
  • De cancers (notamment du côlon)…

Les défauts de l’IMC

L’Indice de Masse Corporelle a plusieurs défauts. Principalement du fait de sa simplicité :

  • Il ne prend pas en compte la masse adipeuse (c’est-à-dire le gras). Ainsi, un sportif à la musculature développée verra son IMC surestimé. Pour les sportifs de haut niveau l’IMC est même vraiment biaisé. L’IMC n’est pas une mesure du gras.
  • L’IMC n’est globalement valable que pour les personnes de 18 ans à 65 ans.
  • Les femmes enceintes ne peuvent pas utiliser l’IMC.
  • Deux autres variables, dont il n’est pas tenu compte dans le calcul de l’IMC (adulte, vous verrez en fin d’article que l’interprétation chez les enfants est différente), sont la différence de sexe ainsi que l’âge de la personne.
  • Calculé de manière identique quel que soit le pays, il est vrai que l’IMC ne prend pas en compte les différences ethnologiques.

L’IMC, un indicateur fiable ?

Selon le Docteur Richard Atkinson, fondateur de l’Obetech (un centre de recherché sur l’obésité), « pour 90% ou 95% de la population, l’IMC est une mesure correcte de l’obésité » (voir source).
La réponse de ce Docteur est claire : il y a bien évidemment des polémiques autour des défauts de l’IMC, mais d’une manière très générale l’indicateur est fiable pour une majorité de la population.

De nombreux individus se questionnent sur la fiabilité de l’IMC, mais il est aussi nécessaire de revenir à la définition même de l’IMC : il ne s’agit pas d’obtenir un « poids idéal théorique » ; il s’agit d’une mesure statistique de risques. Plus l’IMC est élevé, et plus les risques sont grands, c’est tout.
Même s’il existe bien évidemment des exceptions, toutes les différentes études sont d’accord sur ce point : d’une manière générale une hausse de l’IMC équivaut à des risques accrus d’être en moins bonne santé. S’il ne fallait retenir qu’une chose, c’est qu’il s’agit d’un repère statistique.

L’IMC chez l’enfant

Pour le calcul de l’IMC des enfants et des adolescents jusqu’à 18 ans, le calcul est le même que pour les adultes. Par contre, c’est l’interprétation qui est différente.
Le résultat s’inscrit sur une courbe tenant compte de leur âge et de leur sexe. La courbe établie est divisée en percentiles qui correspondent à des mesures. Lorsque l’IMC est supérieur au seuil de 97ème percentile, l’enfant est considéré comme obèse. Par contre en-dessous du 3ème percentile, l’enfant est en insuffisance pondérale.
Ces courbes sont disponibles dans le carnet de santé de votre enfant, ou que vous pourrez imprimer ici. Ces courbes ont été établies avec la collaboration de l’INSERM et de l’Association pour la Prévention et la prise en charge de l’Obésité en Pédiatrie (APOP)

Pour conclure

Malgré ses défauts, connaître l’état de votre corpulence par la méthode de l’IMC est un moyen simple d’avoir un regard objectif sur vos risques en matière de surpoids & de santé.
En ce sens il est vraiment possible de considérer l’IMC comme un indicateur objectif. Aucune donnée subjective n’est prise en compte au moment du calcul, ce qui confère à cet indice une vraie légitimité pour élaborer des statistiques à l’échelle internationale.
Mais il est vrai que même si à l’échelle internationale l’IMC est vraiment fiable, cet indice l’est un peu moins à l’échelle individuelle. Il est nécessaire de calculer son IMC en ayant à l’esprit toutes ses différentes limitations.
Des chercheurs à l’unité de nutrition de l’université du Michigan ont d’ailleurs rappelé à juste titre que, au sujet de l’IMC : « il y a une limite fini à ce qui peut être accompli avec seulement le poids et la taille ». Cela signifie bien que même si l’IMC a des limitations, il a au moins le mérite d’exister et de permettre aux individus de les alerter sur leur corpulence.

Laisser un commentaire

Avertissement

Seul un docteur en médecine a le droit d’établir un diagnostic et de prescrire des médicaments. Les conseils pour perdre du poids contenus dans ce site ne peuvent en aucun cas de substituer à la prescription d’un professionnel de santé.